Lorsque les plantes répliquent

J’aime beaucoup aller en camping, mais il y a deux choses qui me rebutent: les tiques et l’herbe à la puce (1). Les tiques, en tant qu’acariens, ça m’intéresse assez peu. Par contre, qu’est-ce qui fait que l’herbe à la puce déclenche des réactions chez ceux qui la touchent? Comme je m’intéresse plus intensément depuis quelque temps aux composés de défense des plantes, j’aimerais bien savoir quel type de composé est impliqué. En effet, il existe des millions de composés impliqués dans la défense contre les herbivores chez les plantes. Plusieurs d’entre eux ne sont même pas encore identifiés, mais on peut toutefois les regrouper dans quelques grandes familles.

 Herbe à la puce, photo de http://espacepourlavie.ca/herbe-la-puce

Herbe à la puce, photo de http://espacepourlavie.ca/herbe-la-puce

Le gouvernement du Québec a une fiche au sujet de l’herbe à la puce : «L’herbe à la puce cause une douloureuse inflammation de la peau appelée dermatite à Rhus. Elle apparaît généralement de 24 à 48 heures après le contact avec le toxicodendrol. Cette résine huileuse qui contient l’urushiol,un allergène puissant. »

Le coupable serait donc l’urushiol! Cette fiche ne me dit toutefois pas à quelle famille de composés de défense l’urushiol appartient. L’Encyclopédie Britannica indique que c’est un phénol et je dois avouer avoir un faible pour les phénols.

Les phénols regroupent plus de 10,000 composés, synthétisés de façon extrêmement diverse. Ce n’est donc pas un groupe homogène ni ayant une même origine métabolique. Ils sont caractérisés par un anneau de carbone où est attaché un groupe –OH (oxygène et hydrogène). Fin de la parenthèse chimique, mes connaissances à ce sujet sont mineures. Certains phénols sont activés par la lumière, les furanocoumarins. Eh oui, ce sont les composés qui sont responsables des brûlures causées par la berce du Caucase, une plante envahissante.

Certains phénols sont plus sympathiques. Il y a la lignine, qui contribue aux structures solides des plantes, mais qui est indigeste et est donc également un composé de défense. Il y a également les tannins, que les amateurs de vin apprécient et qui ont plusieurs utilités en santé humaine. Les tannins sont des composés de défense, car ils diminuent la digestion des protéines en allant se lier à ces dernières. Les ruminants ont généralement des protéines anti-tannin dans leur salive. C’est la course aux armements dans cette guerre millénaire entre plantes et herbivores…

Pour les informations sur les phénols, j’ai consulté les livres suivants :

Rosenthal, G.A. & Berenbaum, M. 1991. Herbivores, their interactions with secondary plant metabolites. Tome I. 2e édition. Academic Press, San Diego, USA.

Taiz, L. & Zeiger, E. 2002. Plant physiology. 3e édition. Sinauer Associates, Inc., Publishers, Sunderland, USA.

(1) Le nom officiel serait herbe à la puce??? J’ai toujours dit herbe à puces…et même, j’ai tendance à utiliser le nom anglais, assez poétique : Poison Ivy. Il faut dire que la première fois où j’ai été en contact avec le poison ivy était en Ontario. Je n’ai pas contre jamais eu de dermatite.