La science dans votre jardin

Publié originalement le 13 mars 2015

Faire le lien entre ma recherche et la vie de tous les jours est parfois difficile. Pourtant, les effets associatifs entre les plantes pourraient être utiles dans votre potager! Comme c’est le temps des semis, peut-être pourriez-vous régler vos problèmes d’insectes ravageurs par une solution toute naturelle…

En effet, mon doctorat s’intéresse à comment une plante accompagnatrice peut modifier la susceptibilité à la prédation par le cerf. Cette notion peut être également appliquée aux insectes qui mangent vos feuilles de laitues. Planter des plantes précises pourrait protéger vos légumes! Une étude de 1972 [1] a démontré que les plants de tomates pouvaient protéger les choux de certains coléoptères (Phyllotreta cruciferae). Le mécanisme derrière cette protection est élégant : la tomate dégage des composés chimiques volatils qui nuisent à l’insecte et l’empêche de trouver les plants de choux. Dans d’autres cas, la plante accompagnatrice peut attirer les insectes à elle et c’est donc elle qui sera consommée. Ou encore, la plante accompagnatrice peut attirer les prédateurs de l’insecte. Bref, vous engagez des mercenaires pour combattre l’ennemi.

Bon, mes études théoriques se basent sur des concepts pouvant être utilisés par tout le monde. Mais l’application est en réalité un peu plus complexe (surtout que je ne suis pas une experte en jardinage). Il vous faudra connaitre l’ennemi à abattre et trouver quelle plante peut le neutraliser. J’ai trouvé quelques sites intéressants à ce sujet en anglais (1). Si vous connaissez des trucs, j’aimerais bien que vous me les disiez!

Bon jardinage!

(1) http://www.oisat.org/control_methods/cultural__practices/trap_cropping.html,

http://www.garden.org/ediblelandscaping/?page=201007-how-to

1. Tahvanainen, J.O. and R.B. Root, The influence of vegetational diversity on the population ecology of a specialized herbivore, Phyllotreta cruciferae (Coleoptera: Chrysomelidae). Oecologia, 1972. 10(4): p. 321-346.