Est-ce qu’il y a réellement une perte de biodiversité locale?

Ma tête roule à 100 miles à l’heure ces temps-ci. Tellement, que je ne savais pas trop quel sujet aborder. Je suis donc retourné voir mon sondage et j’ai vu un intérêt pour la vulgarisation scientifique (bien que les réponses obtenues soient très diverses). Ce qui m’amène à vous parler d’un article pas si récent (2013), mais qui déclenche encore les passions dans le milieu de l’écologie.

Cette étude s’attarde à la biodiversité, soit le nombre d’espèces présentes dans un milieu. Globalement, la biodiversité décline et il est incontestable que certaines espèces disparaissent ou sont en voie de disparition. Vellend et collaborateurs se sont toutefois demandé si cette diminution globale est également visible à une échelle locale. C’est-à-dire qu’ils posent la question suivante : si l'on regarde les données prises dans de petites parcelles, en deux années différentes (1), est-ce qu’il y aura un déclin dans le nombre d’espèces? Ils ont donc écumé la littérature scientifique et effectué une méta-analyse. Leur résultat principal est heureusement simple à comprendre (les commentaires en français sont de moi) :

Non, la biodiversité ne décline pas à l’échelle locale, car la majorité des études rapportent un changement dans le nombre d’espèces qui est près de 0. Les scientifiques et les médias rapportent souvent qu’il faut préserver la biodiversité, car elle maintient les fonctions et services d’un écosystème (comme la production de nourriture, par exemple). Sauf que les fonctions écologiques s’effectuent généralement à des échelles locales et qu’il n’y a pas de perte de biodiversité à cette échelle…

Bon, il faut apporter quelques nuances. (1) Cette étude ne regarde que la diversité végétale. (2) Cette étude ne parle pas de la composition. En effet, on peut avoir le même nombre d’espèces dans un milieu, mais n’avoir que des plantes envahissantes. Ces plantes envahissantes, ayant évolué dans un autre écosystème, pourraient ne pas être très utiles aux organismes d’ici. N’empêche que cette étude a marqué le début d’une discussion très intéressante dans le milieu, discussion qui continue aujourd’hui.

Vellend, M., L. Baeten, I. H. Myers-Smith, S. C. Elmendorf, R. Beauséjour, C. D. Brown, P. De Frenne, K. Verheyen and S. Wipf. 2013. Global meta-analysis reveals no net change in local-scale plant biodiversity over time. Proceedings of the National Academy of Sciences 110: 19456-19459.

(1) Séparées d’au moins 5 ans.