Semaine du libre accès 2016: Actions concrètes pour étudiants

*Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous invite à aller lire mon texte Les trous dans le tuyau sur le site Françoise Stéréo !*

Nous sommes dans la semaine du libre accès et dans ce cadre, j’ai donné conjointement avec Valérie Harvey, doctorante en sociologie, une présentation à la bibliothèque de l’Université Laval. Toutes deux avons en commun notre participation à OpenCon grâce à cette même bibliothèque. Dans ce cadre, on a réfléchi à quelques conseils qu’on pourrait donner à des étudiants qui veulent que leur science soit libre d’accès. Voici donc un résumé de nos conseils :

1- S’informer : je crois qu’il est essentiel pour un chercheur évoluant dans le monde actuel (1) de maîtriser les différentes notions liées au libre accès. Qu’est-ce qu’un article publié dans le gold open access ? Le green open access? Quelles sont les nouvelles règles concernant le libre accès dans les organismes de financement canadiens ? Qu’est-ce que le droit d’auteur et la licence d’utilisation ? Heureusement, il existe plusieurs ressources à ce sujet. Notamment : SPARC et OOOCanada. Et aussi le portail du libre accès de la bibliothèque de l’Université Laval.

2- Discuter : avec son entourage, pour répondre la bonne nouvelle. Mais surtout avec son directeur/directrice de maîtrise ou de doctorat. Le mieux serait d’avoir cette discussion en début de projet, mais n’importe quel moment peut convenir. Les points à aborder ? La possibilité de publier en libre accès et de disposer de fonds lorsque le journal est payant. L’archivage en ligne des données du projet. L’utilisation de preprint. Les changements possible d'apporter aux contrats avec les éditeurs (une chose que j'aimerais faire, mais que je n'ose pas encore). C’est un bon départ !

3- Archiver : ses données (2), ses preprints, ses articles publiés (selon les règles du contrat signé avec l’éditeur et de son organisme de financement).

4- S’afficher : faire de la science ouverte, c’est également s’assurer que notre œuvre soit facilement accessible et trouvable. Se créer un profil Academia.edu, ResearchGate, GoogleScholar (minimal et essentiel à mon avis !) ainsi qu’un identifiant ORCID. D’ailleurs, pour ceux qui sont à Québec, la bibliothèque organise un 4 à 7 ce vendredi au Fou AÉLIES où l’on pourra se créer un ORCID. J’y serai !

J’aimerais bien savoir ce que vous pensez de tout ça…laissez-moi vos commentaires !

(1) Et non dans le monde dans lequel son directeur/directrice de recherche a évolué. Étonnamment, plusieurs étudiants ne semblent pas comprendre que le monde académique a beaucoup changé ces dernières décennies, particulièrement à cause d’Internet.

(2) Je suis délinquante sur ce point, mais je vais essayer de régler cela avant de graduer!