Madame Post-IT

Nouvel emploi, nouveau surnom ? On dirait que je suis en train d’obtenir le titre (prestigieux ?) de madame Post-it. Bon, j’ai toujours aimé ces petites notes autocollantes, particulièrement lorsqu’elles sont de couleur fluo, mais c’est mon tableau de bord qui inspire ce surnom.

Vous souvenez-vous du tableau de bord que mon directeur avait instauré pour chacun de ses étudiants ? Sur les murs de son bureau, on inscrivait sur des notes les étapes et évènements à venir, on décomposait les grands objectifs en petites tâches. Un peu comme une liste de tâches à cocher, mais avec une visualisation de leur répartition temporelle. Dans mon nouveau bureau, aux murs de vitre, j’ai mis le tableau derrière moi et tout le monde qui circule dans ce secteur peut le voir. En rose et bleu, ça a un certain effet.

Avec moi, la technique du tableau de bord fonctionne très bien. Ça me permet de diminuer mon stress face à l’atteinte de mes objectifs et ça me permet de prioriser les tâches urgentes. Dans le contexte actuel de mon travail, c’est particulièrement utile :

•    La date de remise du rapport est bientôt et la durée du projet était courte

•    La tâche est assez imposante et se divise en plusieurs étapes

Mon superviseur immédiat aime bien le tableau. Comme il voit les tâches accomplies, il voit la progression du projet. Je réfère également au tableau dans nos rencontres pour lui signaler quand j’aurai besoin de sa contribution.

Mais bon, les tableaux de bord ne seront jamais appréciés par tous. Certaines personnes les trouvent trop contraignants, à la limite stressants. Je crois qu’ils ont tort, mais j’imagine que c’est une différence de caractère fondamentale (1). Il faut dire que pour certains, trop d’organisation semble suspect...

Quand même, avouez que je vous donne envie d’essayer !

(1) Je n’ai jamais passé une nuit à travailler sur un travail scolaire pour le lendemain. Jamais.