Survivre aux vacances

Publié originalement le 29 juillet 2014

Pour ce premier billet, je tenais à vous préparer à mon absence de la semaine prochaine. En effet, je serai en vacances. Je n’aurai donc pas abandonné ce blogue (et mes 2 lecteurs?) après un seul et unique billet.

Survivre aux vacances, comment? Pour toute personne normalement constituée, les vacances sont une période agréable et attendue.

Quand on est au doctorat (ou dans un travail très prenant), ça peut être une source de culpabilité. Pourquoi? Je crois qu’une des raisons principales est l’absence de convention. Puis-je prendre des vacances et si oui, j’ai droit à combien de jours?1 L’idéal serait donc de vérifier s’il existe des règlements à cet effet à son université. Mais, BAM! deuxième problème : est-ce que mon directeur respecte ces règles? Dans tous les cas, en absence ou en présence de convention, le mieux est de prévenir son directeur… on peut alors établir avec lui une convention et on risque moins de trouver un courriel culpabilisant au retour des vacances2. Et s’il refuse? Je crois que cette situation me laisse sans mots. Dans ce cas, il y a un sérieux problème dans votre relation et je crois que vous avez besoin d’aide à un plus haut niveau (faculté, département, association étudiante).

La deuxième principale source de culpabilité est personnelle. C’est important de mettre l’emphase sur le fait que cette culpabilité vient de soi-même et n’est due qu’à nous-mêmes. C’est la pression qu’on se met sur les épaules et il ne sert à rien de penser qu’elle vient de quelqu’un d’autre (mon directeur, mes collègues, etc.). Si cette pression est trop forte, il serait peut-être temps de travailler sur vous-même. Je ne suis pas une lectrice de psychopop, mais plusieurs livres existent à ce sujet. Plusieurs doctorants ont également discuté du sujet et je vous suggère de lire les blogues suivants.3

Chaque personne est différente et ça résulte en d’innombrables autres raisons qui font des vacances l’un des cercles de l’enfer. Mes trucs personnels pour en sortir :

  • Couper les communications :
    « Je vais juste vérifier si j’ai un nouveau courriel de…. » — Non
    « et une réponse à… » — Non
    « ou si X a besoin de… » — Non !
    Ça peut attendre. Surtout que la majorité des gens prennent leurs vacances au même moment, donc eux aussi ne sont pas là.
  • Se donner des objectifs raisonnables avant le départ : ça me donne un sentiment d’accomplissement et je quitte le bureau l’esprit tranquille.
  • Laisser mes trucs à mon bureau : je n’amène pas de livres/articles à lire, de données à saisir et si possible mon ordinateur.
  • Faire une liste de ce que je ferai au retour : ça relative la quantité du travail qui me reste à faire avant d’atteindre mes objectifs.

Voilà. Maintenant, partez! Vous verrez, vous serez dix fois plus efficaces au retour.

Mais avant, quels sont vos trucs pour survivre aux vacances?

1Je ne suis clairement pas la seule à me poser cette question : http://tinyurl.com/oe3ztku, http://tinyurl.com/pmvm6o8 et ect...

2 http://tinyurl.com/29svow3

3 http://thesiswhisperer.com/2013/08/07/phd-lifestyle-guilt/, http://www.phddepression.com/2009/08/tip-8-just-let-go-of-your-phd-guilt.html, http://amberdavis.nl/guilt-free/ et je vais probablement en parler moi-même l’un de ces jours !