Succès, bonheur et études supérieures

Publié originalement le 3 mars 2015

La semaine passée a été ensevelie sous les choses à faire avec mon retour du terrain. C’était excitant, stimulant, épuisant! J’ai tout de même pris le temps d’assister à une formation donnée par Serge Larivière, un biologiste et administrateur aux multiples facettes. Le sujet : comment se démarquer et réussir en biologie tout en étant heureux.

Ça tombe bien, car je veux réussir en biologie et je veux être heureuse. Serge Larivière a confirmé certaines idées que j’avais et m’en a donné de nouvelles. Une chance que j’ai pris ce temps d’arrêt! J’aimerais vous en faire profiter en résumant les trucs qui me sont apparus comme étant essentiels.

Connaître

C’est un point qui est revenu à plusieurs reprises. Si on veut arriver à sa carrière de rêve, il faut se connaitre (ses buts, ses valeurs, ses faiblesses) et connaitre le marché du travail que l’on vise. Quelles sont les options qui s’offriront à moi? Quels sont les salaires offerts? Malheureusement, les biologistes ne sont pas seulement nuls en maths et en statistiques, mais également en finance (1). Pourtant, on mange comme les autres, on achète des maisons comme les autres… il serait temps qu’on s’intéresse à notre avenir comme les autres professionnels. Connaître, c’est aussi savoir comment fonctionne le système. On peut ne pas être d’accord avec le système au mérite basé sur le nombre de publications (et je suis en désaccord!), mais si on ne joue pas les règles du jeu, on n’obtiendra rien. Selon moi, il y a des moyens de travailler à changer le système tout en l’utilisant.

Bâtir activement son CV

Quand avez-vous regardé votre CV pour la dernière fois? Est-il à jour? Quelles expériences vous manquent pour être compétitif ? Selon monsieur Larivière, les gens qui travaillent leur CV ont un plus beau CV. Il faut savoir le pourquoi de chaque information qu’on y écrit et combler nos lacunes en allant chercher l’expérience nécessaire.

Travailler son efficacité

Dans votre doctorat ou votre maitrise, obtiendrez-vous une mention pour le nombre d’heures passées au lab ? Non. Alors, pourquoi rester devant votre ordinateur lorsque vous n’êtes plus efficace? Dans votre vie professionnelle, vous serez évalué aux résultats et non à l’effort que vous aurez fourni. En augmentant son efficacité, on a plus de temps pour d’autres projets professionnels ou personnels. Et cela inclut du temps pour se reposer et s’amuser. Recharger ses batteries permet d’être plus efficace. En fait, ça fait longtemps que je veux vous l’avouer: je ne travaille pas les soirs et la fin de semaine.

Eh oui… et pourtant, mon doctorat avance bien et j’ai un tas de projets motivants. Ces pauses me permettent d’arriver heureuse le lundi matin, prête à travailler!

Je pourrais écrire 3 pages de plus avec les trucs appris lors de cette formation. Mais, je n’ai plus le temps, il faut que j’aille travailler mon CV.

(1) Bon, c’est un cliché, mais qui est assez bien supporté par la réalité…